Accès au site santé Retour à la page d'accueil
Accueil du site baignades.sante.gouv.fr
Actualités à signaler
Qualité des eaux de baignade
Organisation du contrôle sanitaire
Conseils et recommandations
Eau & Santé

La qualité de l'eau de baignade et la santé

 

Sommaire

 
 

Les amibes

publié le 7 janvier, 2008
 
 

Origine

Les amibes sont des microorganismes présents dans tous les compartiments de l’environnement. Elles apprécient les milieux humides, spécialement les eaux douces chaudes dont la température s’échelonne de 25°C à 40°C. Parmi toutes les espèces d'amibes libres, peu sont dangereuses pour l'homme. Parmi ces dernières, on trouve l'espèce Naegleria fowleri.
Les eaux chaudes rejetées en aval d’installations industrielles, notamment les centrales électriques, peuvent favoriser le développent des amibes. Les rejets et milieux concernés font l'objet d'une surveillance particulière.
La pratique de la baignade peut présenter un risque sanitaire lorsqu’elle s’effectue dans un milieu à risque qui contiendrait de forts taux d'amibes et lorsque le baigneur inhale des gouttelettes d’eau. Le risque est en relation avec la concentration d’amibes pathogènes dans l’eau. Ce sont particulièrement les enfants qui sont les cibles privilégiées des amibes.

Conséquences sur la santé

La contamination s’effectue par inhalation : l’amibe pénètre à travers la muqueuse nasale dans le cerveau puis s’y développe. La maladie provoquée par Naegleria Fowleri (Nf) est une amibiase qui se traduit par une inflammation du cerveau (méningo-encéphalite). Les symptômes les plus courants sont des maux de tête, des malaises, des convulsions, une somnolence et parfois une agitation anormale. La maladie est très rare mais peut être mortelle en l’absence de diagnostic.
Depuis 1967, au total, seulement 196 cas de méningo-encéphalites ont été recensés dans le monde, tous n’étant pas liés à la baignade dans des milieux contaminés. A ce jour, aucun cas n’a été déclaré en France. Cela est vraisemblablement dû au fait que les concentrations relevées dans l'environnement étaient faibles.